2 ans de célibat, ça créé des dépendances (Prison Break et Grey’s Anatomy, les chips au vinaigre et les téléfilms érotiques de la TNT, par exemple), ça fait naître des petites manies (le bain du dimanche soir avec Chardonnay et le Masque et la Plume, traîner en jogging devant le téléfilm de M6 l’après-midi, etc.), ça fait se retourner dans la rue sur le premier garçon sexy, bref, ça conditionne…

Sauf que là, être en couple m’oblige (sans douleur, rassurez-vous) à quelques adaptations…tout d’abord repenser mon appartement de célibataire en appartement où des fois il y a un garçon qui dort (des fois, souvent même). C’est là que je me suis rendue compte qu’il n’y avait qu’une table de chevet à côté de mon lit, par exemple…c’est là que j’ai dû laisser un peu de place dans la salle de bain pour mousse à raser, rasoir et déodorant masculin…un peu de place dans l’armoire pour caleçons sexy et chaussettes de mâle. Renoncer également à quelques projets : passer mon brevet de secourisme juste pour mater des pompiers et baver devant la saison 2 de Men in Trees. Me résoudre à prêter mes sex toys et à partager mon bain du dimanche soir.

 

Mais franchement, quand je vois son sourire le matin au réveil, ses petites fossettes tellement craquantes et ses yeux qui me disent « je t’aime, toi » quand il me regarde…quand il me parle de notre vie à deux et quand il me serre contre lui, je me dis que ça valait la peine.

Et puis, on peut adopter de nouvelles habitudes à deux, de nouveaux rituels comme le bain du samedi soir avec Chardonnay et Miles Davis (à la radio pas dans le bain avec nous, hein ?), se faire des brunch de folie le week end et prendre la voiture pour aller à la mer, comme ça, sur un coup de tête.

Forcément, nous bénissons nos étudiants qui ont bloqué la fac depuis plusieurs jours ce qui nous met au chômage technique et nous contraint à garder le lit ;-)

Forcément, nous remercions le froid de sévir au dehors pour rester à la maison, au chaud, collés.

Forcément, nous remercions une copine de m’avoir raconté une histoire folle qui nous a permis de trouver le prénom de notre premier enfant….

Vous la voulez l’histoire ? C’est authentique, je vous promets. Une copine à moi travaille dans une maternité. L’autre jour un petit garçon est né. La sage-femme a demandé au papa comment le bébé allait s’appeler. Le papa a répondu fièrement « Clitis ». La sage-femme, surprise puis gênée, a remarqué « Clitis ? C’est pas courant comme prénom pour un garçon… » et le papa de répondre « ben oui Clitis comme Clitis Wood ! » Tout le monde connaît l’acteur américain, non ? :-s