Alors voilà…c’était au début un beau garçon rencontré comme ça une jour de réunion bien ennuyeuse sur fond de pressentiment…ça aurait pu être juste un vague fantasme, ça aurait pu être juste un flirt, ça aurait pu être juste un coup d’un soir mais…mais c’est tout simplement l’homme de ma vie.

Vous savez le truc qui ne semble exister que dans les films, un truc fort, un truc vrai. Chaque jour qui passe me fait réaliser qu’il n’est pas simplement un beau garçon, intelligent et doux, mais qu’il est tout ce dont j’avais rêvé…un homme merveilleux qui me comprend, qui sait m’aimer et c’est si facile, si naturel que parfois cela nous fait un peu peur.

Je sais que c’est LUI, ma moitié, mon bel amour, c’est une évidence. La complicité qui nous lie est étrange, comme si on se connaissait depuis longtemps. Il est fréquent que l’un de nous anticipe les désirs de l’autre, comprenne avant même qu’une parole n’ait été dite, voit ce qui est caché derrière une phrase, une attitude, un regard…On se ressemble et on se complète à la fois.

Connaissez-vous le discours d’Aristophane dans le Banquet de Platon ? On nous explique que les êtres humains étaient autrefois composés de deux éléments : deux corps humains attachés ensemble. Il y en avait 3 espèces : le mâle (composé de deux hommes), la femelle (de deux femmes) et l’androgyne (d’un homme et d’une femme). La forme humaine était donc celle d'une sphère avec quatre mains, quatre jambes et deux visages, une tête unique et quatre oreilles, deux sexes, etc.

Mais devant l’orgueil et la force de ces êtres, les dieux furent offensés et Zeus décida de couper ces êtres en deux. Il demanda ensuite à Apollon de retourner leur visage et de coudre le ventre et le nombril du côté de la coupure.

Depuis lors, chacun recherche sa moitié perdue. Certains d’entre nous sont en quête d’une personne du sexe opposé, d’autres d’une personne du même sexe, dépendamment de l’espèce à laquelle il appartenait. L’histoire nous dit que « lorsque chaque moitié rencontre sa moitié, l’amour les saisit d’une si merveilleuse façon qu’elles ne veulent plus se séparer : elles aspirent à se fondre ensemble et à refaire l’unité primitive. »

J’ai donc (re)trouvé ma moitié. Je plane. Je passe le plus clair de mes jours et le plus doux de mes nuits dans ses bras. Et si vous vous demandez si je suis pour lui aussi, l’être tant recherché, je vous répondrai que lorsque deux moitiés se rencontrent, elles se reconnaissent et n’ont aucun doute !