On m’avait dit qu’un déménagement c’était la 3e plus grosse source de stress après le deuil et la séparation. Moi, des déménagements, j’en avais vus d’autres alors je me disais que c’était juste un moment à passer et qu'après tout, changer de murs c’est quand même sympa ! Je me trompais…

Résumé de mon déménagement chaotique en plusieurs épisodes (bien sûr) et sous forme méthodologique.

Chapitre 1:

Louer      un camion, c’est la classe

1er jour

T’avais vaguement pensé faire appel à des déménageurs professionnels mais bon, ça coûte cher, et ta mère avait déclaré avec enthousiasme : « On louera un camion et je le conduirai jusqu’à La Cité ». Alors tu avais dit « OK ». Tu avais emballé tes petites affaires (tes innombrables affaires) et tu avais prévu de charger ton camion le lundi et de faire la route et l’emménagement le mardi.

Le lundi matin, ta mère est partie chercher le camion. Elle t’appelle une fois devant l’agence de location, furax, car le camion n’est pas encore prêt. Une fois, le camion en mains, elle vient se garer devant chez toi. Sauf que dans ta rue, c’est le bordel, y a des voitures mal garées et des camions de livraison. Ta mère, elle conduit super bien, mais elle n’a pas encore le gabarit du véhicule en tête et, en se garant, elle défonce la voiture de ton voisin et abîme le camion tout neuf. Bon, toi, tu ne te souviens plus si la voiture esquintée, c’est celle de ton voisin, le gros black méchant qui crie tout le temps ou l’autre africain qui te parle jamais mais qui passe ses week end à bichonner son auto…en fait c’est ce dernier. Il n’est pas super content quand il découvre sa caisse amochée mais il ne frappe pas ta mère et gère le problème avec diplomatie.

Déjà, tu te dis que la journée commence mal. L’ambiance est super bien plombée, ton déménagement ne ressemble pas à la grande fête que tu imaginais. Heureusement, des amis dévoués arrivent pour t’aider à charger cartons et meubles dans le véhicule. Toi, quand même, tu te sens pas super bien. Tu es super stressée, énervée et t’as pas trop le sens de l’humour. Quand ton frère appelle en début d’après-midi, tu penses qu’il va s’excuser d’avoir zappé ton déménagement sur lequel il était supposé t’aider. Non, en fait il t’appelle pour te demander si les pneus du vélo qui est dans ta cave sont gonflés. Alors là tu pètes un plomb, tu hurles, il hurle et vous vous raccrochez au nez. Là tu t’enfermes dans ta chambre qui n’a plus de lit et tu te mets à pleurer. T’en peux plus, c’est tout. Enfin, quand tu te calmes, tu appelles ton frère pour t’excuser.

Une fois le camion chargé, les portes fermées, les adieux aux voisins faits (sauf à Mémé qui s’est cloitrée chez elle mais t’es trop énervée pour aller la voir de toutes façons), tu pars avec ta mère pour aller garer le camion chez tes parents. Tu dors dans ton ancienne chambre dans la demeure familiale. C’est maintenant une chambre d’amis. Tu ne dors pas super bien car tu fais la liste de tout ce que tu as oublié d’emmener et tu es persuadée qu’on va te dévaliser le camion pendant la nuit. Le lendemain matin, le camion est intact, il est seulement décoré d’un joli PV déposé à 22h30 parce que ta mère a garé le véhicule sur son propre bateau et un tout petit peu sur un arrêt de bus (je précise que les bus ne passent pas en ce moment pour cause de travaux dans la rue.

Mais aujourd’hui, un jour nouveau se lève, celui où tu vas t’installer dans ta nouvelle maison et tu te dis que ça se passera certainement mieux que la veille. Evidemment tu as tort…